Conseil québécois du théâtre
actualite
Lettre ouverte du CQT sur les élections fédérales
17 septembre 2021 | PARTAGER :        

Par Anne Trudel - Présidente du conseil québécois du théâtre

La campagne électorale fédérale fut déclenchée alors que le pays entamait sa quatrième vague de contagion liée à la pandémie de COVID-19. Le milieu culturel fut l’un des secteurs le plus durement touchés et peine encore aujourd’hui à reprendre son souffle. Or, les enjeux culturels sont absents du débat électoral comme c’est souvent le cas.
 
Bien que certaines tribunes aient été offertes aux différents partis afin de faire valoir leurs projets d’avenir en matière de culture, force est de constater que cette composante essentielle à la vitalité sociale suscite peu d’engouement. Outre les enjeux concernant la loi sur la radiodiffusion et la taxation des géants du web, peu de sujets culturels sont abordés dans les plateformes électorales et dans les débats et les arts vivants en sont presque totalement absents.
 
La pandémie de COVID-19 a contribué à mettre au grand jour la précarité et l’extrême fragilité qui caractérisent le filet social censé soutenir l’ensemble des travailleuses et travailleurs qui participent au processus de création. Par ailleurs, le Conseil québécois du théâtre (CQT) soutient que ces événements doivent constituer un tournant en ce qui concerne les enjeux d’équité, de représentativité, d’égalité des genres, des droits et de la diversité.
 
La mise en place de programmes de soutien tels que la Prestation canadienne d’urgence (PCU) et la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) aura fourni des pistes de réflexion qui permettraient d’envisager l’amélioration des conditions socioéconomiques des individus qui participent à la richesse du secteur culturel. 
 
Ajoutons que cette présente campagne électorale débute quelques semaines à peine après le dévoilement du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) où de nombreux scientifiques pressent les décideurs publics à déployer les efforts nécessaires afin de ralentir la progression du réchauffement climatique. Les artistes sont sensibles à ces enjeux et le milieu du théâtre réfléchit à ses pratiques et à ses façons de faire pour que celles-ci soient à la fois plus écologiques et plus équitables, qu'elles soient le gage d'un avenir meilleur.

Un tel projet collectif nécessite un engagement et des investissements sérieux de la part de nos gouvernements et nous sommes convaincu·e·s que le fait d’injecter des fonds dans l’écosystème des arts vivants concourt à rendre prospère le paysage social des années futures.
 
FILET SOCIAL Le Conseil québécois du théâtre soutient la mise en place d’un meilleur filet social pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs culturels. Que ce soit par l’élargissement de la couverture de l’assurance-emploi aux diverses réalités des travailleur·euse·s autonomes et atypiques ou par la mise en place d’un revenu minimum garanti, il faut commencer à poser les pierres d’une réforme plus que nécessaire.
 
INVESTISSEMENTS Le Conseil québécois du théâtre soutient la pérennisation des programmes de financement d’urgence tant que les impacts de la pandémie de COVID-19 se feront ressentir. En regard de la situation actuelle ainsi que de l’insécurité économique qui caractérise encore la représentation des spectacles d’arts vivants, les subventions d’urgence telles la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL), la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) et la PCRE devront au minimum être maintenues jusqu’à l’été 2022.  Par ailleurs, il apparaît capital que les fonds déployés à travers le Conseil des arts du Canada ainsi que les programmes de Patrimoine canadien qui soutiennent la diffusion - ainsi que toutes les étapes menant à une création- pendant la période de crise soient pérennisés pour offrir un soutien à long terme au secteur. En outre, ces investissements devraient toujours tenir compte de l’indexation et des nouvelles réalités économiques. 

 
ESPACES CULTURELS Le Conseil québécois du théâtre soutient l’équité géographique afin que la circulation des œuvres théâtrales s’effectue partout dans la province et permettent une occupation optimale du territoire. Les infrastructures culturelles ont un rôle capital à jouer, car elles favorisent de meilleures conditions de création, de diffusion et de conservation. Qui plus est, elles constituent en elles seules des lieux d’accueil, de rencontres et de déploiement. Leur financement à travers le Fonds du Canada pour les espaces culturels (FCEC) doit tenir compte des besoins en matière de rénovation, d’amélioration et de construction pour le secteur théâtral, et ce, à travers l’ensemble des régions du Québec.


Anne Trudel, Présidente du Conseil québécois du théâtre
Politique éditoriale | Crédits
© Copyright 2022 | Tous droits réservés. Conseil québécois du théâtre.