Revue de presse du 3 au 16 février 2017

16 février 2017

Politique de développement culturel 2017-2022

La Ville de Montréal lance une consultation publique sur son projet de Politique de développement culturel 2017-2022, intitulé « Savoir conjuguer la créativité et l’expérience culturelle citoyenne à l’ère du numérique ». Trois grands chantiers transversaux constituent le cœur de ce projet :
  • L’entrepreneuriat culturel et créatif afin de pérenniser la création
  • Le numérique au service de l’expérience culturelle du citoyen
  • Un vivre ensemble incarné dans les quartiers culturels
« L’objectif poursuivi est clair : libérer le plein potentiel créatif des citoyens, des artistes et créateurs, et des entreprises culturelles et créatives. La métropole a l’ambition de stimuler encore plus l’expression culturelle collective de ce que nous sommes, de ce que nous pouvons être et du lien culturel qui nous unit dans un vivre ensemble harmonieux » (P87).

Le projet de politique se fonde sur un ensemble de principes tels que la révolution numérique, la dimension économique de la culture, la diversité et l’aménagement responsable des territoires bien sûr, mais aussi le soutien de la demande dans le développement et la fidélisation des publics et les liens culture-éducation.
 
Les objectifs et priorités de ce projet politique sont résumés en fin de document (P90). Parmi ceux-ci, signalons le développement de modèles d’affaires innovants liés notamment à l’économie collaborative (mutualisation des services, des équipements, des expertises, etc.), la création d’un programme d’aide pour la mise à jour numérique des salles de spectacles privées ou encore un appui aux priorités stratégiques du Conseil des arts de Montréal (CAM), à savoir le développement de la relève, l’intégration de la diversité et la philanthropie culturelle.
 
Une séance d’information aura lieu le jeudi 2 mars à 19h à la salle du conseil de l’hôtel de ville (275, rue Notre-Dame Est). Pour y prendre la parole, il convient de s’inscrire auprès du greffe au 514 872-3000 ou par courriel.
 
Des séances d’audition des mémoires et des opinions des citoyens et représentants d’organismes auront lieu à partir du 23 mars. Vous avez seulement jusqu’au mercredi 8 mars pour soumettre un écrit et vous inscrire aux séances de consultation via le site Internet de la Commission sur la culture, le patrimoine et les sports.

La rapidité du processus de consultation et l’absence de médiatisation du projet de Politique de développement culturel de la Ville, eu égard à l’importance des enjeux traités, laisse quelque peu songeur. Néanmoins, nous comptons sur le milieu culturel montréalais pour faire entendre sa voix, notamment en ce qui concerne le soutien de la pratique artistique professionnelle qui semble occulté dans le projet politique actuel. Voir l’événement Facebook
 

La culture, le cœur du Québec

Alors que le milieu des arts et de la culture ne sera pas représenté au Rendez-vous national de la main-d’œuvre, qui se tient actuellement à Québec, une cinquantaine d’associations professionnelles et de regroupements disciplinaires, dont le CQT, ont inauguré mardi dernier une grande campagne intitulée La culture, le cœur du Québec – Pour des carrières durables. L’objectif est d’alerter la société civile et le gouvernement sur les réalités de l’emploi propres au secteur culturel, lequel est confronté à des défis en matière de développement et de formation de la main-d’œuvre, au même titre que les autres secteurs. En outre, les spécificités de l’emploi dans le secteur culturel constituent une expérience précieuse  qu’il serait dommage d’occulter : « On est, en culture, travailleurs autonomes depuis très longtemps; à créer nos emplois, à se voir plutôt comme des micro-entrepreneurs, à augmenter nos capacités de mener quatre ou six jobs en même temps, à investir en recherche et innovation, à pouvoir faire trop souvent de grandes choses avec peu de moyens. On pourrait faire partie d’un échange d’expertise important de tous côtés. »
 
Ce mouvement d’organismes culturels et artistiques revendique, d’une part, l’intégration d’un chapitre sur les ressources humaines dans la prochaine politique culturelle qui mettrait l’accent sur « l’accès à l’emploi, la formation, la santé et la sécurité ou l’encadrement des conditions de travail » et, d’autre part, la mise en place d’une stratégie nationale de main-d’œuvre pour le secteur de la culture ».

La culture s'invite au Rendez-vous national sur la main-d'oeuvre, Le Devoir
Les travailleurs culturels parlent de main-d'oeuvre, Le Soleil 
Rendez-vous sur la main-d'oeuvre : la communauté artistique veut être entendue, Radio-Canada


Numérique : les arts de la scène dans l’expectative

Le forum Numérique et arts de la scène, organisé dans le cadre de la Bourse RIDEAU, a mis en lumière les nombreuses incertitudes du milieu des arts de la scène quant au nouvel impératif numérique. Le manque de formation, de temps, d’argent et de main-d’œuvre, particulièrement en région, sont les principaux écueils relevés par les participants. Certains soulignent également le déséquilibre entre les efforts demandés aux artistes et aux travailleurs culturels pour adapter leurs méthodes de travail à l’ère numérique et les avantages procurés par le numérique qui tardent à se concrétiser : « On a besoin d’entendre qu’en retour, il va peut-être y avoir un gain ».  
 
Nonobstant les inquiétudes émises, le forum Numérique et arts de la scène a été l’occasion de montrer les initiatives innovantes en faveur du développement de public, mais aussi les multiples possibilités qu’offrent la technologie numérique en terme de création, comme dans l’art autochtone : « L’artiste Émilie Monnet, directrice artistique des Productions Onishka, (…) estime que « la technologie peut être au service d’une tradition séculaire », évoquant une future oeuvre où elle se servira d’actuateurs — le noyau vibrant d’un haut-parleur — vissés aux racines d’arbres, permettant ainsi aux végétaux de « chanter ».